DISCOGRAPHIE

TCHAIKOSKY / SHOSTAKOVICH

ARTISTE : DAVID OISTRAKH STRING QUARTET
ENREGISTREMENT : STUDIO 4 DE FLAGEY à BRUXELLES, JUILLET 2015
DIRECTION ARTISTIQUE, PRISE DE SON ET MONTAGE : FRÉDÉRIC BRIANT
SORTIE : SEPTEMBRE 2016
RÉF : MU-011 / CODE BARRE : 5425019973117
PRIX : 20€

Le premier enregistrement d’un quatuor à cordes est toujours un événement. Et ‘muso’ est donc particulièrement fier d’accueillir au sein de son catalogue le Quatuor David Oïstrakh, jeune formation née en 2012 sous l’impulsion du violoniste Andrey Baranov, premier prix du Concours Reine Elisabeth, 75 ans après celui de son compatriote David Oïstrakh. La boucle est bouclée !
Pour ce premier disque, il semblait évident à ces jeunes solistes de se lancer dans le vaste répertoire de deux des plus grands compositeurs russes : Tchaïkovski et Chostakovitch. Près d’un siècle sépare l’écriture de ces deux quatuors. Tchaïkovski est un compositeur qui entre dans la force de l’âge et dont les pages les plus célèbres sont encore à écrire lorsqu’il compose son 2è Quatuor. Il le décrira tout au long de sa vie comme l’une de ses plus belles œuvres, la musique ayant « coulé avec facilité et bonheur, l’écrivant presque d’une traite ». Si ces quatuors ne font pas encore tout à fait partie du grand répertoire, il est à espérer que cette interprétation en donnera l’envie ; la musique est magnifique, parfois tendue, d’une grande beauté, et une impression générale de chaleur s’en dégage.
Chez Chostakovitch par contre, plus personne ne conteste aujourd’hui l’importance des quatuors à cordes dans sa production, souvent le reflet de l’état d’esprit du compositeur au moment de leurs écritures. Le 8è Quatuor ne déroge pas à la règle : écrit à Dresde en 1960, dédié « aux victimes du fascisme et de la guerre » (sans qu’on ne sache avec précision à qui s’adresse cette dédicace). Chostakovitch traverse une période difficile tant sur le plan personnel que dans sa relation avec les autorités soviétiques lorsqu’il écrit cette page, clairement revendiquée comme autobiographique, et dont il est particulièrement heureux, au point de se la dédicacer ! (« Je me suis dit qu’après ma mort personne sans doute ne composerait d’œuvre à ma mémoire. J’ai donc résolu d’en composer une moi-même… »). Le Quatuor David Oïstrakh se plonge corps et âme dans cette musique, d’une intensité et d’une tension incroyable, les 5 mouvements enchaînés étant d’une force peu commune.
Un programme magnifique pour découvrir un quatuor qui marque clairement ici ses premiers points sur la scène discographique internationale !

 

A new string quartet’s debut recording is always a memorable occasion. And muso is particularly proud to welcome into its catalogue the David Oistrakh String Quartet, a young ensemble founded in 2012 by violinist Andrey Baranov, who won first prize at the Queen Elisabeth Violin Competition 75 years after the triumph of fellow Russian David Oistrakh. A case of history coming full circle!
For their first disc, these young soloists boldly launched head first into the vast repertoire of two of the greatest Russian composers: Tchaikovsky and Shostakovich. The two quartets performed here were composed almost a century apart. Tchaikovsky was at the height of his powers and had yet to write his most famous works when he composed his String Quartet No. 2. Throughout his life he was to refer to it as one of his best works, the music having “poured forth effortlessly and joyfully, being written practically at one sitting.” If these quartets have still not made it into the mainstream repertoire, let us hope the present performance will encourage this state of affairs to change. At times taut, the music is magnificently rendered with exceptional beauty and great warmth.
In Shostakovich’s case, on the contrary, nobody today would contest the importance of the string quartets in his oeuvre, which often reflects the composer’s state of mind at the time of writing, and his String Quartet No. 8 is no exception. Written in Dresden in 1960, it was dedicated “to the victims of fascism and war” (we do not know precisely who the composer had in mind when he wrote these words). At the time he composed the piece, Shostakovich was going through a troubled period both in his personal life and in his relations with the Soviet authorities. The composer was so satisfied with this clearly autobiographical piece that he subsequently dedicated it to himself! (“I reflected that, when I die, nobody is likely to compose a work in my memory, so I decided to write one myself…”). The musicians of the David Oistrakh Quartet throw themselves body and soul into this incredibly poignant and intense music, with its 5 extraordinarily powerful linked movements.
This is a magnificent choice of programme for a string quartet making here its impressive debut on the international recording scene!

STRING QUARTET No. 8 in C Minor, Op. 110 - Allegretto

Dmitri SHOSTAKOVICH

DAVID OISTRAKH STRING QUARTET
ANDREY BARANOV,
1er violon
RODION PETROV, 2ème violon
FEDOR BELUGIN, alto
ALEXEY ZHILIN, violoncelle

PIOTR ILITCH TCHAIKOVSKI
Quatuor à cordes n°2 en fa Majeur, Op. 22

  • 1. Adagio – Moderato assai, quasi andantino
  • 2. Scherzo : Allegro giusto
  • 3. Andante ma non tanto
  • 4. Finale: Allegro con moto

DMITRI SHOSTAKOVICH
Quatuor à cordes n°8 en ut mineur, Op. 110

  • 5. Adagio – Largo
  • 6. Allegro molto
  • 7. Allegretto
  • 8. Largo
  • 9. Largo

Deux pièces pour quatuor à cordes

  • 10. Elégie (Agadio)
  • 11. Polka (Allegretto)

TOTAL TIME : 65’21

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!