DISCOGRAPHIE

FRANZ SCHUBERT – WINTERREISE (TRANSCRIPTION POUR BARYTON ET QUATUOR À CORDES )

ARTISTE : ALAIN BUET / QUATUOR LES HEURES DU JOUR
ENREGISTREMENT : ABBAYE DE PORT-ROYAL DES CHAMPS (FRANCE), SEPTEMBRE 2018
DIRECTION ARTISTIQUE, PRISE DE SON ET MONTAGE : HUGUES DESCHAUX
SORTIE : FÉVRIER 2020
RÉF : MU-035 / CODE BARRE : 5425019973353
PRIX : 20€

Loin de constituer une atteinte à l’intégrité de l’oeuvre, transcrire le Voyage d’hiver pour voix et quatuor à cordes s’inscrit dans une tradition qui a permis à la musique de Schubert, dès 1830, de se diffuser à travers toute l’Europe. Les lieder, en particulier, furent l’objet d’adaptations les plus diverses, que la voix soit remplacée par un violoncelle, un violon, un cor ou même un cornet à pistons, ou que la partie de piano soit orchestrée. Une telle démarche s’avère donc parfaitement authentique, même si le rapprochement du quatuor à cordes et du lied n’est pas le plus aisé à réaliser ; le premier incarne en effet un genre noble, savant, à l’écriture élaborée, stylistiquement complexe, alors que le second reste attaché à ses origines populaires et à une simplicité tant du chant que de l’accompagnement.
Pourtant, à travers cette transcription de Gilone Gaubert, le pari est réussi et c’est une nouvelle couleur qui est donnée au chef d’oeuvre absolu du compositeur viennois. Le passage du piano aux cordes n’implique pas seulement un changement de timbre : si l’on perd la qualité percussive du clavier, c’est au profit d’une capacité de soutenir la note, mais aussi d’en faire varier la couleur et l’intensité pendant sa durée, produisant un phrasé et un effet très différents. C’est donc à une expressivité transformée que conduit cette transcription, ainsi qu’à une modification de la résonance de l’ensemble.
Après l’accueil réservé des premiers auditeurs de son Winterreise, surpris par la tonalité sombre et lugubre de son dernier cycle, Schubert répondit : « J’aime ces chants plus que tous les autres, et vous ne tarderez pas à les aimer vous aussi. » L’histoire, on le sait, lui donna raison.
La voix chaude et claire du baryton Alain Buet, accompagné par le quatuor Les Heures du jour, vous invitent à vous plonger dans cette première mondiale qui vous fera redécouvrir le cycle sans doute le plus abouti du répertoire du lied.

Far from being prejudicial to the work’s integrity, a transcription of Winterreise for voice and string quartet follows a tradition that enabled the music of Schubert, from 1830, to spread throughout the whole of Europe. The lieder in particular were the object of the most diverse adaptations, with the voice replaced by a cello, a violin, a horn or even a cornet, and the piano part at times orchestrated. Such an approach is therefore perfectly authentic, even if the juxtaposition of a string quartet and the lied is not the easiest to deal with; the first indeed embodies a noble genre, scholarly, elaborate in style, stylistically complex, whereas the second remains attached to its popular origins and to a simplicity in both the vocal part and the accompaniment.
However, in this transcription by Gilone Gaubert, the wager has paid off and a new colour has been given to Schubert’s absolute masterpiece. The passage from piano to strings does not imply merely a change of tone-colour: if the keyboard’s percussive quality is lost it is in favour not only of the ability to sustain a note but also to vary its colour and intensity during its duration, resulting in very different phrasings and effects. It is thus a transformed expressivity that guides this transcription, as well as a modification of the overall resonance.
After a reserved reception by the first listeners to his Winterreise, surprised as they were by the dark, lugubrious tone of his last cycle, Schubert replied, “I like these songs more than all the others, and soon you will like them too”. History, as we know, proved him right.
The warm, clear voice of the baritone Alain Buet, accompanied by the quartet Les Heures du jour, invites you to delve into this world premiere in a rediscovery of no doubt the most accomplished cycle in the repertory of the lied.

ALAIN BUET, baryton
QUATUOR LES HEURES DU JOUR

GILONE GAUBERT-JACQUES, violon / DAVID CHIVERS, violon / SOPHIE CERF, alto / EMMANUEL JACQUES, violoncelle

FRANZ SCHUBERT (1797-1828) – WINTERREISE / VOYAGE DHIVER D911
Cycle de lieder sur des poèmes de Wilhelm MÜLLER
Transcription pour baryton et quatuor à cordes par Gilone GAUBERT

  • 1 Gute Nacht

  • 2 Die Wetterfahne

  • 3 Gefror’ne Tränen

  • 4 Erstarrung

  • 5 Der Lindenbaum

  • 6 Wasserflut

  • 7 Auf dem Flusse

  • 8 Rückblick

  • 9 Irrlicht

  • 10 Rast

  • 11 Frühlingstraum

  • 12 Einsamkeit

  • 13 Die Post

  • 14 Der greise Kopf

  • 15 Die Krähe

  • 16 Letzte Hoffnung

  • 17 Im Dorfe

  • 18 Der stürmische Morgen

  • 19 Täuschung

  • 20 Der Wegweiser

  • 21 Das Wirtshaus

  • 22 Mut

  • Die Nebensonnen

  • 24 Der Leiermann

TOTAL TIME : 73’53

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!