DISCOGRAPHIE

SCHUBERT – IMPROMPTUS

ARTISTE : AMANDINE SAVARY
ENREGISTREMENT : THÉÂTRE POPULAIRE ROMAN, LA CHAUX-DE-FONDS, JUIN 2016
DIRECTION ARTISTIQUE, PRISE DE SON ET MONTAGE : HUGUES DESCHAUX
SORTIE : MARS 2017
RÉF : MU-015 / CODE BARRE : 5425019973155
PRIX : 20€

Chez beaucoup de compositeurs, on retrouve une tendance à cultiver, à côté de formes d’écritures plus ou moins strictement organisées et codifiées (sonates, quatuors, symphonies), des formes dites « libres » qui manifestent soit un relâchement des contraintes, soit une construction évoquant l’improvisation (préludes, fantaisies, toccatas, bagatelles ou encore nocturnes). Outre l’aspect improvisé, ces morceaux sont souvent marqués par la virtuosité, ou alors se rangent sous l’appellation de « pièces de caractère », héritée du baroque, mais que le romantisme cultivera à sa façon, en y ajoutant une espèce particulière d’introspection musicale.
C’est à cette catégorie des formes libres qu’appartiennent les Impromptus de Schubert, dont les deux séries furent écrites deux ans avant la mort du compositeur viennois. Si le terme était déjà apparu précédemment, le nom d’ « Impromptu » et celui de Schubert sont à jamais associés ; il a donné à ce titre sa première consécration et ses Impromptus ont beaucoup fait en retour pour assurer sa notoriété dans le domaine de la musique pour piano.
Ces Impromptus constituent un ensemble de superbes œuvres, finement contrastées, pouvant être interprétées séparément ou ensemble ; s’il est en effet possible de jouer chaque morceau isolément, leur réunion possède une signification supplémentaire. Chaque série expose quatre chefs-d’œuvre très différents du point de vue de la structure, du tempo, de la durée, du caractère et de la tonalité.
Pour l’époque, la conception et le contenu de ces pièces étaient donc nouveaux et dès le début du premier morceau de chaque cycle, on sent par l’ampleur du propos que l’ambition de Schubert dépasse ce qui a été fait jusque-là pour les pièces « libres », que le souffle musical y est autrement plus large. Car bien que contenant des passages virtuoses, les Impromptus ne sont pas des pièces virtuoses en tant que tels, et pas non plus d’aimables pièces de caractère : la passion y est intense, soutenue, parfois violente dans son déferlement.
Après le succès public et critique de son premier disque soliste consacré au Toccatas de Bach, Amandine Savary se plonge avec la finesse et la palette d’émotion de son jeu dans ces deux cycles de Schubert pour en proposer une lecture aboutie et passionnante.

 

Many composers tend to cultivate, in addition to more or less strictly organised and codified forms (sonatas, quartets, symphonies), so-called ‘free’ forms that exemplify either a relaxing of constraints or a construction resembling improvisation (preludes, fantasias, toccatas, bagatelles or nocturnes). Beyond their improvised aspect, these pieces are often marked by virtuosity, or else are classified as ‘character pieces’, inherited from the baroque period yet cultivated in its way by romanticism with the addition of a particular kind of musical introspection.
This is the category of free forms to which the Impromptus of Schubert belong. Both series were written two years before the Viennese composer’s death. Though the term had already been used, the name of ‘impromptu’ and that of Schubert are forever associated; he gave this title its first consecration and his Impromptus have in turn done much to ensure his fame in the domain of piano music.
These Impromptus form an ensemble of superb, finely contrasted works that can be played separately or together; though it is indeed possible to play each piece on its own, playing them as one whole adds meaning. Each series sets out four masterpieces that are quite different as regards structure, tempo, duration, character and tonality.
For their time the conception and the contents of these pieces were novel and from the very start of the first piece in each cycle, one can feel through the breadth of the material that Schubert’s ambition goes beyond what had previously been the norm for such ‘free’ pieces, that the musical impulse is sweepingly different. For although containing passages of virtuosity, the Impromptus are not virtuoso pieces as such, yet neither are they amiable character pieces: the passion within is intense, sustained, at times of unleashed violence.
After the public and critical success of her first solo disc, of Bach’s Toccatas, Amandine Savary invests these two Schubert cycles with refinement and manifold emotion in a fully rounded performance of intense fascination.

IMPROMPTUS : n°2 en Mi bémol Majeur. Allegro

Franz SCHUBERT

AMANDINE SAVARY, piano

FRANZ SCHUBERT – IMPROMPTUS

4 IMPROMPTUS D.899 (OP. 90)

  • 1. No. 1 en ut mineur (Allegro molto moderato)
  • 2. No. 2 en mi bémol majeur (Allegro)
  • 3. Toccata en sol mineur BWV 915
  • 4. No. 3 en sol bémol majeur (Andante)

4 IMPROMPTUS D.899 (OP. 90)

  • 1. No. 1 en fa mineur (Allegro moderato)
  • 2. No. 2 en la bémol majeur (Allegretto)
  • 3. No. 3 en si bémol majeur (Thème – Andante – et variations)
  • 4. No. 4 en fa mineur (Allegro scherzando)

TOTAL TIME : 68’52

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!