DISCOGRAPHIE

RACHMANINOV — ÉTUDES-TABLEAUX

ARTISTE : ALBERTO FERRO
ENREGISTREMENT : FAZIOLI CONCERT HALL, SACILE (ITALIE) MARS 2019
DIRECTION ARTISTIQUE : DOMINIQUE DAIGREMONT
DIRECTION ARTISTIQUE, PRISE DE SON ET MONTAGE : FEDERICO FURLANETTO
SORTIE : AVRIL 2020
RÉF : MU-036 / CODE BARRE : 5425019973360
PRIX : 20€

Lors du Concours Reine Elisabeth 2016, un jeune pianiste italien de 19 ans retint particulièrement l’attention. Alberto Ferro, déjà lauréat de nombreux prix, obtint le Prix du public avant de remporter un an plus tard le 1er Prix et Prix du public de l’International Telekom Beethoven Competition à Bonn. Un jeu particulièrement limpide, à la fois analytique et sensible, servi par une technique sans faille, voilà qui était prometteur et se confirme avec son premier enregistrement que le jeune Sicilien consacre à Rachmaninov, un de ses compositeurs de prédilection.
Les Études-Tableaux op. 33 furent composées en 1910 dans le havre de tranquillité de Rachmaninov à la campagne ; les neuf autres op. 39 datent de 1916 et 1917 et furent les dernières pièces qu’il écrivit à Moscou, peu avant son exil américain. A l’époque, Rachmaninov était déjà l’auteur d’un catalogue conséquent pour piano seul ; l’écriture pour « son » instrument avait donc atteint un très haut niveau de sophistication et de subtilité s’ajoutant à une compréhension sans pareil du potentiel expressif de l’instrument. La désignation « Étude-Tableau » est de Rachmaninov lui-même ; la forme est proche des Ballades de Chopin, et leur solide construction musicale et technique n’empêche pas une interprétation poétique. Le maître russe ne laissa échapper que très peu d’indices sur les liens extra-musicaux précis qui auraient pu être à l’origine de ses œuvres. Il révéla toutefois dans une correspondance avec Respighi (qui orchestra cinq de ces miniatures) des inspirations plus précises ; pour les autres, Rachmaninov n’a jamais fourni le moindre contexte, laissant à l’auditeur le soin de faire travailler son imaginaire !
La virtuosité demandée pour ces cahiers est loin d’être une fin en soi, mais bien le moyen d’exprimer ses sentiments. Ces deux recueils sont marqués par l’éclatante vie de cette musique : tantôt mâle et impérieuse, tantôt subtile et discrète, mais toujours au service d’une palette émotionnelle étonnamment large.

During the Queen Elisabeth Competition 2016, a young Italian pianist aged 19 garnered a lot of attention. Alberto Ferro, already a laureate of many prizes, won the Audience Prize before winning one year later First Prize and Audience Prize at the International Telekom Beethoven Competition in Bonn. Especially limpid playing, both analytical and sensitive, served by faultless technique, this is what was so promising and it was confirmed with his first recording, devoted by the young Sicilian to Rachmaninov, one of his favourite composers.
The Études-Tableaux Op. 33 were composed in 1910 in Rachmaninov’s tranquil country retreat; the nine other Op. 39 date from 1916/17 and were the last pieces he wrote in Moscow, shortly before his American exile. At the time Rachmaninov was already the composer of a consequential catalogue for solo piano; the writing for ‘his’ instrument had thus attained a very high level of sophistication and subtlety adding to an incomparable understanding of the instrument’s powers of expression. The designation ‘Étude-Tableau’ is Rachmaninov’s own; close to the formal level of Chopin’s Ballades, they allow poetic interpretation even though they are entirely constructed from musical and technical ideas. The Russian master let slip very few indications concerning the precise extra-musical links that might have been at the origin of his works. He did reveal his precise sources of inspiration in letters to Respighi who orchestrated five of his miniatures; however, for the other, Rachmaninov never provided the slightest context, leaving it to the listener to work on his imagination!
The virtuosity required for these albums is far from being an end in itself, it being rather the means of expression for the feelings. These two albums are marked by the dazzling liveliness of this music: at times virile and imperious, at times subtle and discreet, yet always at the service of an astonishingly broad palette of emotions.

ALBERTO FERRO, piano
Piano Fazioli Concert Grand F278 1335 « Mago Merlino »

SERGEY RACHMANINOV (1873-1943)
ÉTUDES–TABLEAUX

8 ÉTUDES-TABLEAUX, Op. 33
1. n° 1 en fa mineur
2. n° 2 en ut majeur
3. n° 3 en ut mineur
4. n° 5 en ré mineur
5. n° 6 en mi bémol mineur
6. n° 7 en mi bémol majeur
7. n° 8 en sol mineur
8. n° 9 en ré majeur

9 ÉTUDES-TABLEAUX, Op. 39
9. n° 1 en ut mineur
10. n° 2 en la mineur
11. n° 3 en fa dièse mineur
12. n° 4 en si mineur
13. n° 5 en mi bémol mineur
14. n° 6 en la mineur
15. n° 7 en ut mineur
16. n° 8 en ré mineur
17. n° 9 en ré majeur

TOTAL TIME : 60’59

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!