DISCOGRAPHIE

MOZART / PIANO AND VIOLIN SONATAS

ARTISTE : VINETA SAREIKA & AMANDINE SAVARY
ENREGISTREMENT : FLAGEY, STUDIO 1, BRUXELLES (BELGIQUE), JUILLET 2019
DIRECTION ARTISTIQUE, PRISE DE SON ET MONTAGE : HUGUES DESCHAUX
SORTIE : OCTOBRE 2020
RÉF : MU-041 / CODE BARRE : 5425019973414
PRIX : 20€

Après leur disque consacré aux Sonates de Grieg, la violoniste lettone Vineta Sareika et la pianiste française Amandine Savary abordent Mozart pour leur second enregistrement. A travers trois sonates au caractère très différent, les deux anciennes complices du trio Dali ont gardé leur accord parfait pour interpréter ces œuvres et en livrer une version majeure.
Les premières compositions du jeune Wolfgang Amadeus parurent sous forme imprimées alors qu’il n’avait que 8 ans ; parmi celles-ci se trouvent des Sonates pour le Clavecin Qui peuvent se jouer avec l’Accompagnement du Violon. Il gardera cette appellation lorsque, 15 ans plus tard, il commence réelle-ment à écrire et développer ses sonates pour piano et violon, peu avant son installation définitive à Vienne.
Si la première sonate de ce disque, la Sonate K. 376, n’est pas d’une grande originalité de forme, le dialogue entre le violon et le piano y est d’une intense richesse et l’ensemble de l’œuvre développe un charme et un apaisement considérable. Datée de la même année, la Sonate K. 379 fut composée en toute hâte ; Mozart affirmait l’avoir écrite en une heure, sans avoir le temps de coucher sur papier la partie de piano qu’il exécuta de mémoire lors de la création, au lendemain de son écriture. Malgré ces circonstances étranges, c’est une des plus belles et des plus originales de ses œuvres pour violon et piano. Sa structure, pour une sonate supposée « classique », est inhabituelle : le premier mouvement débute par un Adagio élaboré, qui,  au moment de sa réexposition, enchaîne sur un Allegro agité et impérieux. Vient ensuite le second mouvement qui se présente comme un « Thème et variations » et permet toutes les libertés et une grande diversité d’atmosphères ; la reprise du thème permettant à la sonate d’arriver à une conclusion douce et discrète. Composée quelques jours après la Petite musique de nuit, la Sonate K. 526 est une de ses compositions les plus éblouissantes, avec de larges mouvements dans des tempos exceptionnellement rapides ; il y règne en permanence une impression que le compositeur se délecte de sa maîtrise naturelle du contrepoint et de son art, unique !
Vineta Sareika et Amandine Savary font une fois encore preuve d’un sens sublime et jubilatoire pour la musique de chambre. Comme pour leur opus précédent : « La symbiose est parfaite entre deux musiciennes ; au violon habité et solaire de Sareika répond le pianisme expressif et structuré de Savary. »

After their disc devoted to the Sonatas of Grieg, the Latvian violinist Vineta Sareika and the French pianist Amandine Savary tackle Mozart for their second recording. In three sonatas of markedly different characters, the two former partners of the Trio Dali have retained their perfect harmony for performing and indeed producing a major version of these works.
The earliest compositions of the young Wolfgang Amadeus appeared in printed form when he was only eight years old; among these are the Sonates pour le Clavecin Qui peuvent se jouer avec l’Accompagnement du Violon. He retained this title until, 15 years later, he began seriously to write and develop his sonatas for piano and violin, shortly before he settled definitively in Vienna.
If the first sonata on this disc, the Sonata K. 376, has no great formal originality, the dialogue between the violin and the piano is intensely varied and overall the work develops both charm and considerable tranquillity. Dating from the same year, the Sonata K. 379 was composed very rapidly; Mozart asserts he wrote it in an hour, without having the time to write down on paper the piano part that he performed from memory at its first performance the next day. Despite these unusual circumstances, it is one of the most beautiful and original of his works for piano and violin. Its structure, for a supposedly ‘classical’ sonata, is unusual: the first movement opens with an elaborate Adagio that, at the re-exposition, connects to a forthright, agitated Allegro. Then comes the second movement which presents itself as a ‘Theme and Variations’ and exploits great freedom and diversity of atmosphere; the recap of the theme enables the sonata to reach a gentle, discrete conclusion. Composed a few days after the Little Night Music, the Sonata K. 526 is one of his most dazzling compositions, with big movements in exceptionally quick tempi; there reigns here the permanent impression that the composer is delighting in his natural mastery of counterpoint and his art, uniquely so.
Vineta Sareika and Amandine Savary demonstrate once again a sublime, jubilant feeling for chamber music. As for their preceding collaboration: “The symbiosis is perfect between two musicians. The vital, solar violin of Sareika is answered by the expressive, structured piano playing of Savary.”

VINETA SAREIKA, violin
AMANDINE SAVARY, piano

WOLFGANG AMADEUS MOZART (1756-1791)
SONATAS FOR PIANO AND VIOLIN

Sonata for piano and violin No. 24 in F major, K. 376
1. I. Allegro
2. II. Andante
3. III. Rondo: Allegretto grazioso

Sonata for piano and violin No. 27 in G major, K. 379
4. I. Adagio – Allegro
5. II. Theme: Andantino cantabile / Variations I-VI / Theme: Allegretto

Sonata for piano and violin No. 35 in A major, K. 526
6. I. Molto Allegro
7. II. Andante
8. III. Presto

TOTAL TIME : 64’37

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!