DISCOGRAPHIE

LOUIS-GABRIEL GUILLEMAIN

ARTISTE : ALIQUANDO / STÉPHANIE PAULET
ENREGISTREMENT : ÉGLISE DE COURTOUNER (FRANCE), OCTOBRE 2010
DIRECTION ARTISTIQUE, PRISE DE SON ET MONTAGE : ALINE BLONDIAU
SORTIE : SEPTEMBRE 2012
RÉF : MU-004 / CODE BARRE : 5425019973049
PRIX : 20€

« Lorsque l’on parle d’un homme plein de feu, de génie et de vivacité, il faut nommer Mr. Guillemain, ordinaire de la Musique du Roi, c’est, peut-être, le violon le plus rapide et le plus extraordinaire qui se puisse entendre ; sa main est pétillante, il n’y a point de difficultés qui puissent l’arrêter, et lui seul en fait naître dans ses savantes productions qui embarrassent quelque fois ses rivaux. Ce fameux artiste est parmi les grands maîtres un des plus féconds, et l’on convient que ses ouvrages sont remplis des beautés les plus piquantes. »
Au cours du 18ème siècle, la société en France subit de profondes mutations : la place de l’homme et son regard sur le monde changent, les certitudes les mieux établies vacillent. Tous les sujets, religion, sciences, philosophie, art, politique, sont touchés par ce courant des lumières et c’est dans cette société que Louis-Gabriel Guillemain va composer et faire entendre sa musique.
Il naît sous le règne finissant de Louis XIV, au temps où les fêtes à la Cour devaient rayonner sur le continent entier en laissant « une impression très avantageuse de magnificence, de puissance et de grandeur ». Les musiciens de l’époque se doivent de concilier le bon goût français et l’extravagance italienne revenue à la mode. C’est donc après des études à Turin que Guillemain, violoniste brillant, se fait engager comme musicien à la Cour. Celui qui deviendra le protégé de Madame de Pompadour, la favorite du roi, compose aussi une œuvre abondante, développant une écriture spécifique pour le violon dans laquelle il innove à la fois dans la forme et dans l’écriture propre à cet instrument, étant par exemple le premier compositeur en France à s’essayer à la sonate pour violon seul. Son dernier opus (op. 18), fil conducteur de ce disque, apparaît comme la synthèse de ses recherches musicales ; chaque pièce requiert une virtuosité de plus en plus grande, repoussant davantage les limites d’exécution sur l’instrument.
Avec son ensemble Aliquando, Stéphanie Paulet a puisé dans l’œuvre de Guillemain pour en donner un aperçu large et varié, accompagnée par les meilleurs musiciens français du moment (Maude Gratton, François Lazarevitch, Lucile Boulanger). Les pièces pour violon seul à la virtuosité redoutable alternent avec des sonates, symphonies, divertissements et amusements, caractéristiques de cette époque charnière de l’histoire de la musique.

 

“When talking of a full fiery man, one of genius and vivacity, one must name Mr. Guillemain, ordinaire of the King’s music, who is, perhaps, the most rapid and the most extraordinary violin ever to be heard; his hand dazzles, there are no difficulties that can stop him, and he alone creates them in his own skilful productions that at times embarrass his rivals. This famous artiste is one of the most prolific of the great masters, and it is agreed that his works are filled with the most zestful beauty.”
In the course of the eighteenth century French society underwent profound transformation: the position of man and his view of the world were changing, the most robust certainties were being shaken. All subjects, religion, the sciences, philosophy, art, politics, were affected by this current of enlightenment, and it was in this society that Louis-Gabriel Guillemain was composing and performing his music.
He was born in the latter years of Louis XIV’s reign, a time when its court celebrations were renowned throughout the whole continent, creating “a most favourable impression of magnificence, power and grandeur”. Musicians of the time sought to reconcile approved French taste with an Italian extravagance that had come back into fashion. After his studies in Turin, Guillemain, a brilliant violinist, was employed as a Court musician. He who became the ‘protégé’ of Madame de Pompadour, the king’s favourite, was also a prolific composer, developing a specific style for the violin that included innovations of both form and the specific manner of writing for this instrument. He was, for example, the first composer in France to tackle the sonata for solo violin. His ultimate opus (op. 18), the guiding thread of this disc, appears as a synthesis of his musical investigations; each piece requires ever greater virtuosity, pushing further back the performance limits of the instrument.
With his ensemble Aliquando, Stéphanie Paulet presents a broad and varied view of Guillemain’s output, accompanied by the finest French musicians of the day (Maude Gratton, François Lazarevitch, Lucile Boulanger). Pieces for solo violin of formidable virtuosity alternate with sonatas, symphonies, divertimentos and ‘amusements’, characteristic forms of this crucial period in the history of music.

Deuxième divertissement : Pantomime

Louis-Gabriel GUILLEMAIN

ALIQUANDO
STÉPHANIE PAULET,
violon solo & direction

LOUIS-GABRIEL GUILLEMAIN – AMUSEMENTS

  • 1. Gratioso « Musette » [Amusement pour le violon seul, op. 18]
  • 2/4. Troisième livre de sonates à violon seul – Sonate en ré, op. 11
  • 5. Allegretto [Amusement pour le violon seul, op. 18]
  • 6/11. Premier amusement à la mode pour deux violons ou flûtes et basse, op. 8
  • 12. Minueto [Amusement pour le violon seul, op. 18]
  • 13. Altro [Amusement pour le violon seul, op. 18]
  • 14. Largo 1ère sonate [Premier livre de sonates, op. 1]
  • 15. Allegro « La chasse » [Troisième livre de sonates à violon seul, op. 11 et op. 18]
  • 16/18. Pièces de clavecin en sonates avec accompagnement de violon – Sonate en sol, op. 13
  • 19. Furstemberg [Amusement pour le violon seul, op. 18]
  • 20/22. Deuxième divertissement de simphonies en trio, op. 15

TOTAL TIME : 68’37

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!