LA PETITE SYMPHONIE

Depuis sa création, La Petite Symphonie mène une réflexion sur la pratique orchestrale et sur les instruments de la période classique. Son créateur, Daniel Isoir, s’est spécialisé dans le jeu sur claviers anciens et notamment sur les pianofortes des 18ème et 19ème siècles. Chambriste convaincu, il est aussi passionné d’orchestre et de musique symphonique. Avant tout, La Petite Symphonie est née d’une envie : transposer l’esprit de la musique de chambre à la pratique de l’orchestre. | Les orchestres professionnels, au 18ème siècle, étaient rares, et chaque partie y était tenue par un grand spécialiste de son instrument, le plus souvent compositeur lui-même. Pour diriger ces orchestres de solistes, aux dimensions très variables, pas de chef d’orchestre, mais le premier violon ou l’instrumentiste au clavier qui remplit cet office. Il suffit d’un premier geste de départ, puis toute la musique peut se dérouler naturellement, mue par le regard et l’écoute. Cette différence avec l’orchestre plus tardif est un détail, mais qui a une grande importance : personne ne peut se reposer sur le chef, chacun est entièrement habité par son rôle, le dynamisme de la musique s’en ressent de façon spectaculaire, et l’écoute active de chacun donne à cette musique qu’on croit bien connaitre une souplesse et une lisibilité nouvelles. | Les membres de La Petite Symphonie sont tous d’excellents spécialistes du jeu sur instruments anciens, et sont très heureux de participer à cette aventure qui permet un travail collectif de création et d’interprétation, en toute convivialité.

www.lapetitesymphonie.eu

Since it was formed, La Petite Symphonie has reflected on orchestral performance and musical instruments during the Classical period. Its founder, Daniel Isoir, specializes in performance on early keyboard instruments, in particular the 18th and 19th century fortepiano. A confirmed chamber musician, he is also a fervent admirer of the symphony orchestra and symphonic music. Above all, La Petite Symphonie was established with the aim of transferring the spirit of chamber music to orchestral performance. | In the 18th century, professional orchestras were rare; each part was performed by a virtuoso instrumentalist, who was often also a composer. These orchestras of soloists, which varied in size, were directed not by a conductor, but by the principal violinist or the keyboard player. One opening hand gesture sufficed for the music to flow naturally, guided only by the musicians’ attentively watching and listening to each other. There was one small but important difference compared with later orchestras: nobody could rely on a conductor, and the fact that each player was totally concentrated on his role contributed to the extraordinary vigour of the music. Active listening on the part of each member of the ensemble brings to this music that we thought we knew so well a new flexibility and clarity. | All outstanding specialists in performance on early instruments, the members of La Petite Symphonie enthusiastically embrace this project of shared creation and performance in a spirit of conviviality.

DISCOGRAPHIE

Join our mailing list to receive the latest news and updates from our team.

You have Successfully Subscribed!